Révélateur de performance & créateur d’excellence
Cabinet international de Conseil en Management

Leadership entrepreneurial : le mentorat, outil nécessaire pour les PME et PMI

Ce qu’il faut retenir du titre (et de l’article), c’est la deuxième partie : le mentorat, un outil nécessaire pour les PME et PMI (à ceci près qu’il ne faut pas assimiler le mentorat au coaching). Quant à la première partie c’est encore une invention dont certains cabinets de conseil ont le secret car, qu’est-ce que recouvre concrètement cette notion de leadership entrepreneurial ? Le patron d’une PME/PMI est à la fois bien entouré et isolé en même temps.

Bien entouré, car un patron de PME/PMI peut avoir potentiellement autour de lui : un banquier, un avocat, un expert-comptable, des collaborateurs, parfois des associés, et souvent la famille. Mais aussi isolé car :

  • Avec qui va-t-il gagner du temps au démarrage en allant à l’essentiel, quelle structure ? Quelle équipe ? Quel business model ? Quel mode de distribution ? Quel outil de gestion ?
  •  Avec qui va-t-il partager ses angoisses en cours de parcours notamment la nécessité de plaire au banquier au démarrage ou encore la crainte ensuite de l’inquiéter et de le voir réduire son soutien ?
  • L’expert-comptable qui aurait pu être son compagnon de route est malheureusement cantonné dans un rôle de producteur de bilan.
  • Les associés du fait des jeux de pouvoir, ne sont pas toujours les confidents idéaux.
  • Enfin, il ne va pas partager avec sa famille, qu’il va souvent chercher à préserver de ses interrogations et de son stress, peut-être à tort d’ailleurs.

Une solution avec 2 options : le mentor ou le coach.

Le mentor, lors de la création car, l’entrepreneur attend au démarrage des solutions et des recommandations pour gagner du temps (un mentor qui a créé une ou plusieurs entreprises est un atout). Le coach, une fois l’entreprise sur les rails, car il s’agit de pouvoir partager ses inquiétudes, ses angoisses, ses difficultés avec quelqu’un qui maîtrise les techniques de coaching avec les qualités d’un bon coach.

Et si vous dénichez la perle rare, capable simultanément de vous mentorer et de vous coacher, nul doute que votre entreprise sera bâtie pour durer.

Bonne lecture !

Said AGBANRIN et toute l’équipe MANEGERE

Rejoignez-nous sur :

[udesign_icon_font name="fa fa-linkedin" color="#0195c9" size="3em"] [udesign_icon_font name="fa fa-youtube" color="#0195c9" size="3em"] [udesign_icon_font name="fa fa-twitter" color="#0195c9" size="3em"] [udesign_icon_font name="fa fa-google-plus-square" color="#0195c9" size="3em"]

Les entrepreneurs peinent à accepter l’échec

Peut-on vraiment dire que les français peinent à accepter l’échec ? Ou plutôt qu’ils ont une gestion trop prudente, ce qui rend difficile la possibilité pour les petites entreprises d'aujourd’hui, de devenir grand demain.
Nous vous recommandons cet article qui revient sur un sujet maintes fois traité, à savoir l’échec mal vécu en France, alors que dans les autres pays européens, il serait un puissant moteur. Les citations sur ce thème sont légions. Néanmoins, mon préféré est celui de Nelson Mandela : « Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends ». 
Puisque l’échec n’est pas en soit souhaitable, doit-on être triste de n’avoir pas eu sept échecs, pour avoir l’occasion de se relever une 8ème fois ? Est-ce vraiment la peur de l’échec qui rend les entrepreneurs français prudents ou plutôt, le fait de se contenter de ce qu’on a car, une réussite trop flamboyante reste douteuse en France ?
Je vous invite à vous faire votre opinion en lisant cet article.
Bonne lecture ! 
Les entrepreneurs français peinent à accepter l'échec

Said AGBANRIN  et toute l’équipe

Rejoignez-nous sur :

[udesign_icon_font name="fa fa-linkedin" color="#0195c9" size="3em"] [udesign_icon_font name="fa fa-youtube" color="#0195c9" size="3em"] [udesign_icon_font name="fa fa-twitter" color="#0195c9" size="3em"] [udesign_icon_font name="fa fa-google-plus-square" color="#0195c9" size="3em"]

Coaching sans légendeEpisode 3 : La stratégie MANEGERE  

A l’image de la pyramide de Maslow, il s’agit d’une stratégie par étapes qui, à l’instar de la stratégie classique, nécessite que la situation désirée soit claire et constitue le point de mire permanent.

Cette situation désirée est la phase d’accomplissement dans la pyramide de Maslow, et pour avoir une chance de l’attendre, il faut tout de suite rentrer dans l’action avec la recherche de la satisfaction du besoin physiologique, soit comment se faire de l’argent tout de suite. Il ne s’agit pas de se faire de l’argent pour devenir «  riche », mais d’être en capacité de payer les charges de départ, en clair  « pouvoir survivre » aux 3ières années d’exercice qui connaissent un taux de mortalité très élevé des entreprises .

En langage d’entrepreneur : quelle est votre « boîte à outils » ? (suite…)

Entrepreneurship sans légendeEpisode 2  La stratégie à la mode

La Sérendipité est la capacité cognitive à trouver, à découvrir (à la suite d’un incident éventuellement malheureux) ce que l’on ne cherchait pas, d’en comprendre l’intérêt et la valeur et de changer illico de stratégie (d’après Wikipedia).

Elle est à l’origine d’un grand nombre de découvertes, comme par exemple la pénicilline, la création de McDonald’s, la conception du F-16, les édulcorants de synthèse (aspartame, saccharose, etc.), le Post It, le Viagra, le madère, le Sauternes, les bêtises de Cambrai, la tarte Tatin, etc.

C’est une certaine ouverture d’esprit, une capacité à sentir les événements avant tout le monde et surtout les monétiser, comme par exemple BlaBlaCar.

Certains voyageurs ont d’abord eu le pouce levé en pratiquant le stop, puis le ont partagé les frais du trajet avec le covoiturage, puis enfin quelqu’un a eu l’idée d’en faire un business et c’est devenu BlaBlaCar.

C’est aussi le cas d’Uber Pop,  Air BnB, etc (suite…)

Efficience Opérationnelle sans légende

A l’heure où la plupart des jeunes diplômés rêvent de travailler soit dans la fonction publique, soit à la SNCF ou EDF ( selon une étude TNS SOFRES de début 2015 sur les préférences des jeunes diplômés), on peut se demander quelle est la place de la création d’entreprise en 2015.

En données brutes, le nombre cumulé de créations diminue au cours des 12 derniers mois (-0,4 %).

En avril 2015, en données brutes, 49,2 % des créations enregistrées sur les 12 derniers mois sont des demandes d’immatriculation de micro-entrepreneurs.

C’est vrai que le contexte économique n’est pas rassurant, mais a-t-il été un jour rassurant pour ceux qui n’ont pas connu les 30 glorieuses ?

Les jeunes diplômés cherchent la sécurité en ciblant ces grosses structures, persuadés qu’en leur sein,  ils seront à l’abri du licenciement pour les plus pessimistes et auront plus de possibilité de promotions pour les plus optimistes. (suite…)

© 2022 Groupe MANEGERE
01 41 09 88 98 - contact@manegere.fr
Adresse  2, rue Maurice HARTMANN 
92 130 ISSY LES MOULINEAUX - France
Réalisation : Jeandé Marie-Aude https://webdesignerparis.com
crossmenu