Révélateur de performance & créateur d’excellence
Cabinet international de Conseil en Management

Sujet de réflexion

Dans la série des articles que nous relayons régulièrement afin de sensibiliser les entreprises aux évolutions de fond, voici un article très intéressant.

La prospection commerciale dans le dur est morte (et c'est tant mieux)

Il y a quelques années, pas si longtemps que ça,  à peine 20 ans, on vendait par des canaux de vente précis et maitrisés :

o   pour obtenir des rdv

o   ou pour vendre

Chaque canal de vente avait ses spécialistes et chaque spécialiste défendait ardemment  son canal de vente.

La révolution internet est désormais en train de redistribuer les cartes. (suite…)

Epuisement des salariés

Nous sommes entrés dans une ère caractérisée par l'incertitude et le changement permanent déjà qualifiée par certains experts économiques de « new normal ». Si les entreprises sont familières depuis longtemps du changement et des projets de transformation, elles le sont beaucoup moins en revanche d'une mutation en continu qui nécessite une adaptation non-stop.

Le quotidien est de plus en plus acrobatique. Les repères du passé n'ont plus cours. Plus rien n'est censé être, il faut se réinventer chaque jour. Les dirigeants et managers doivent intégrer que les crises ne sont plus cycliques mais constituent le nouvel état du monde. Demander aux collaborateurs de serrer les dents et d'en faire toujours plus, en attendant que la situation économique s'améliore est vain. Les pratiques managériales doivent évoluer avant que les équipes ne s'épuisent.

Beaucoup d'entreprises seront de moins en moins portées par la conjoncture. C'est désormais l'énergie des équipes qui peut les tirer vers le haut. Les managers n'ont plus d'autres choix que de miser sur leurs collaborateurs et de travailler activement sur la façon de dynamiser leurs équipes. La croissance se gagnera au prix de beaucoup d'efforts et, plus que jamais, c'est l'humain qui fera la différence. (suite…)

De Steve Jobs à Napoléon, les exemples ne manquent pas de grands hommes qui ont cassé les codes de leur époque pour s'imposer.

Le fondateur d'Apple Steve Jobs. (RYAN ANSON / AFP)

Désobéir permet de reprendre contact avec la réalité, de ne plus suivre à la lettre nos propres règles du jeu ou celles du marché, et se donner les moyens de réussir. Au croisement des sciences, de l’histoire et de la stratégie, la désobéissance doit reprendre sa place. Comme l'explique Bruno Jarrosson, consultant en stratégie et conférencier :

Les organisations (de la structure familiale aux entreprises en passant par la société au sens large) mettent nos vies sur des rails où les aiguillages sont masqués. Désobéir, s’il s’agit d’un acte conscient et pensé, permet de questionner nos liens avec le passé et le futur, créer des distinctions entre ce qui est réel et ce qui est possible, choisir sa liberté et ses responsabilités associées, et décider les meilleures manières d’entreprendre et d'innover.

Par exemple, la désobéissance à la demande du "client" permet à une entreprise de créer de la valeur (suite…)

Dogmatisme versus pragmatisme

 

Nous vivons une période d'incertitude forte où les bouleversements  et ruptures en tous genres se succèdent et nul n'est capable de dire à quoi ressemblera précisément notre futur.

Les entreprises sont, elles aussi, fortement impactées et au management de la certitude a succédé le management de l'incertitude: la notion d'entreprise" agile" a fait son apparition en contrepoint à l'entreprise "immobile", " lourde ".

Si nous devions caractériser les 2 formes d'entreprises, les entreprises "agiles" seraient pragmatiques et les entreprises "lourdes" seraient plutôt dogmatiques.

Un exemple d' entreprise pragmatique: IBM qui de 1er fabricant mondial d'ordinateurs et de serveurs a fait évoluer son offre vers les services informatiques et est devenu ainsi l'un des leaders mondiaux pour réagir au déclin de son métier historique. (suite…)

La fonction RH

La fonction RH évolue, c’est une certitude. Avec l’intégration de nouveaux profils sur les métiers du web, elle doit faire face à un triple défi : partager l’information grâce à de nouveaux outils, insuffler une autre manière de manager et accompagner de profondes réorganisations dans l’entreprise. La culture web modifie en effet l’organisation du travail des entreprises et pas uniquement dans les start-up. Plusieurs révolutions sont ainsi en marche, ses premiers avatars augurent de grands changements organisationnels et managériaux que les services RH doivent anticiper et gérer pour ne pas les subir.

1er défi : partager l’information

La position stratégique des Ressources Humaines dans les entreprises, au croisement des attentes des salariés et des besoins de la direction, n’est pas toujours facile à tenir. Et aujourd’hui s’ajoute une nouvelle problématique qui n’était pas jusqu’à présent au coeur du métier des RH : le partage de l’information. Un partage, facilité par l’émergence de nouveaux outils comme les réseaux sociaux professionnels et les réseaux sociaux d’entreprise (RSE). Un partage plus difficile à contrôler dans un contexte où chaque salarié peut devenir un émetteur d’informations, positives ou négatives, avec tous les risques que cela implique. (suite…)

Manager individus

 

L'euphorie et l'exaltation de lune de miel ont une durée de vie souvent limitée…que ce soit dans les relations personnelles ou professionnelles, chacun d’entre nous perçoit à un moment ou à un autre des frustrations, liées à un sentiment d’injustice, d’impuissance, de délaissement ou encore à un manque de perspectives d’avenir.

Dans des temps anciens, un médecin chinois demande une audience à l’empereur ; ce dernier, en bonne santé, refuse de le voir à plusieurs reprises; arrive un jour où il tombe malade et envoie son émissaire quérir ce médecin, qui lui rétorque que c’est maintenant trop tard et qu’il ne viendra pas…c’est là toute la différence entre la médecine allopathique et la médecine traditionnelle chinoise : d’un côté, nous traitons les conséquences, et de l’autre les causes.

Les frustrations et leurs causes

L’art du manager dans un environnement compétitif, typiquement dans une phase d’hyper concurrence, est avant tout de détecter les situations amenant une démotivation ; et elles sont potentiellement nombreuses : (suite…)

Développement interculturel

L’évidence n°1 indiquait qu’il n’y a pas 1 Afrique mais au minimum, 7, voire 14 et plus encore ! (Voir notre article sur le sujet)

L’évidence n°2 est que l’Afrique n’attend personne mais à besoin de celles et ceux qui ont envie d’Afrique.

Prendre conscience que le continent est multiple est capital, mais cela ne suffit pas pour s’y rendre, il est également nécessaire de répondre par l’affirmative aux 3 questions :

-          Ai-je vraiment envie d’Afrique ?

-          Ai-je une compétence particulière ?

-          Puis-je monnayer cette compétence ?

Sans cela, c’est l’échec assuré en cas de départ en Afrique ou à minima c’est un projet qui n’aboutira jamais.

  1. 1.       Ai-je vraiment envie d’Afrique ? (suite…)

C’est l’histoire de la mondialisation, qui accélère l’incrémentation nécessaire des comportements adéquats de chaque salarié d’une entreprise ; c’est l’histoire d’un monde qui tourne de plus en plus vite, et qui touche chaque environnement, chaque domaine d’activité.

Dès lors, 3 questions se posent pour les managers:

-          Comment détecter, anticiper les évolutions majeures de nos environnements respectifs ?

-          Comment communiquer auprès des équipes ?

-          Comment accompagner les équipes ?

La détection

L’ambition de toute organisation n’est pas de subir un changement mais de l’anticiper ; c’est le seul moyen de garder systématiquement un avantage concurrentiel et de continuer à croître, même en temps de crise.

Dès lors, posons-nous la question des indicateurs à scruter de façon permanente : (suite…)

© 2022 Groupe MANEGERE
01 41 09 88 98 - contact@manegere.fr
Adresse  2, rue Maurice HARTMANN 
92 130 ISSY LES MOULINEAUX - France
Réalisation : Jeandé Marie-Aude https://webdesignerparis.com
crossmenu