Révélateur de performance & Créateur d'excellence

Crise : L’entreprise « apprenante » ou comment rester compétitif

Formation Professionnelle

 

 

La formation doit permettre aux salariés de gagner en autonomie pour faire émerger une intelligence collective.

Dans un mode hyperconcurrentiel où le changement est devenu la règle, les entreprises doivent aujourd’hui adapter leur organisation pour apprendre en permanence et rester compétitives.
Dossier réalisé par Gilles Cayuela

En 30 ans, la concurrence a s’est intensifiée, les économies nationales se sont interconnectées… Bref, le monde a changé et ne cesse de changer ! Face à un marché économique de plus en plus complexe, apprendre – de sa concurrence, de ses échecs, de ses réussites, des compétences variées de ses salariés – est devenu pour l’entreprise le meilleur moyen de rester compétitive. « Pour l’entreprise, il ne s’agit plus de progresser, mais bien de transformer ses pratiques, sa mentalité, sa façon d’être connectée avec tout son environnement. À cet effet, l’entreprise doit développer une culture apprenante », expose Francis Karolewicz, fondateur du cabinet de conseil et de formation parisien FMK Consulting.


Pour le dirigeant lambda, « culture apprenante » est un terme savant qui ne veut pas forcément dire grand-chose. Et pour cause ! « Une entreprise apprenante, c’est un pléonasme. Toute entreprise apprend de son environnement et de ses hommes. Mais son niveau en la matière dépend en grande partie de sa capacité à se régénérer, à favoriser la créativité et l’innovation de ses salariés, à diffuser les bonnes pratiques et au final à insuffler un désir d’apprentissage permanent », développe Francis Karolewicz. Dans cette optique, la formation des salariés fait figure de pierre angulaire de la culture apprenante. « Attention, devenir une PME apprenante ne se résume pas à débloquer un nombre d’heures de formation, prévient le fondateur de FMK Consulting. L’important c’est l’utilisation que l’on va faire de ces formations. La formation doit permettre de développer la capacité à apprendre des salariés, favoriser leur autonomie et celle des équipes pour faire émerger au final une véritable intelligence collective », poursuit Francis Karolewicz.
Comment devenir une PME apprenante ? Pour y parvenir, la PME doit d’abord élaborer un projet d’entreprise partagé qui porte les valeurs de la culture apprenante. Un projet qui sera porté et incarné par le dirigeant. « L’aspect formation du manager est fondamental. Il doit être formé à la compréhension même de ce qu’est une entreprise apprenante », précise Francis Karolewicz. La PME devra ensuite repenser son organisation du travail, le management des hommes, l’anticipation de ses besoins en compétences et formation autour de ce projet d’entreprise. « Cela peut passer par la mise en place de groupes d’échanges, de groupes qualité, la formalisation des bonnes pratiques ou par l’utilisation de “rapports d’étonnement” pour identifier ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas », illustre Francis Karolewicz.

Dans certaines entreprises, la démarche apprenante se matérialise par des exercices techniques quotidiens, menés en présence de tuteurs, pour développer les compétences individuelles des salariés. Dans d’autres, comme celle de Jacques Chaize, ex-dirigeant de Socla et vice-président de l’association SOL (société pour l’organisation apprenante), on utilise des « work café », des petits points conviviaux, « pour favoriser les échanges et le questionnement. » Bref, il n’y a pas une seule méthode. C’est à chaque entreprise d’inventer ses propres outils, sa propre formule pour devenir apprenante. Quels seront les vôtres ?

 

Management

JDE Edition Loire-Atlantique – Vendée 44

Laisser un commentaire